Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud par Étienne Carjat, 1872.
Arthur Rimbaud par Étienne Carjat, 1872.

Arthur Rimbaud (1854 – 1891) est l’un des poètes français les plus importants du 19ème siècle.


Biographie

Arthur Rimbaud naît le 20 octobre 1854 à Charleville-Mézières. Doué pour la littérature, il décroche très vite différents prix d’excellence à l’école. Il publie ses premiers vers en 1870, âgé de seulement 16 ans ! Attiré par l’esprit révolutionnaire de Paris, il souhaite s’y rendre et faire partie du mouvement artistique le Parnasse… Il fera de nombreuses fugues vers la capitale pour y rencontrer les révolutionnaires et les poètes.

En 1871, il commence à critiquer le Parnasse et le romantisme – il ne fait dès lors plus partie d’un courant littéraire et son œuvre reste aujourd’hui encore inclassable. Il entame une liaison amoureuse avec le poète Paul Verlaine en 1872. Elle se terminera un an plus tard par un épisode dramatique et violent, lorsque Verlaine tire deux balles sur Rimbaud, qui sera légèrement blessé au poignet.

Il abandonne l’écriture à 20 ans et vivra ensuite principalement en Afrique. À 37 ans, il est rapatrié en France à cause d’une tumeur à la jambe dont il mourra le 10 novembre 1891.

Lire son article Wikipédia


Œuvres

Une Saison en enfer : C’est le seul recueil que Rimbaud ait publié à compte d’auteur, en 1873. Il a été écrit intégralement en prose entre avril et août de cette année. Il témoigne d’une période sombre de l’auteur qui y relate son échec sentimental et artistique.

Illuminations : L’écriture de ce recueil est située entre 1872 et 1875, mais il faut attendre 1895 pour qu’il paraisse en intégralité. Il regroupe une cinquantaine de poèmes en prose et en vers libres. Le titre fait référence au mot anglais « illumination » qui signifie enluminure.

Les poèmes écrits avant ces deux recueils sont souvent regroupés sous le nom « Œuvres en prose et en vers ». On y retrouve Sensation, Le dormeur du val, Voyelles ou encore Le bateau ivre.

L’Album Zutique : Publié en 1943, il a été écrit en 1871 par les Vilains Bonhommes, dont font partie Arthur Rimbaud et Paul Verlaine. Il rassemble des poèmes parodiques s’attaquant principalement à certains poètes parnassiens. On retrouve sous chaque poème le nom du poète parodié puis les initiales du véritable auteur.


Mot sur l’auteur

Arthur Rimbaud est un mythe. Il a intrigué et influencé énormément de poètes. Ils l’ont décrit comme « un passant considérable », « un mystique à l’état sauvage », « une machine obscène ». Pour eux, il a « révolutionné la poésie », « une fois pour toutes dégagé, mais d’autant accru, la responsabilité du poète » et eu « la volonté de vivre une poésie en acte ». Il est en lui-même une révolution.

Du côté de la forme, c’est la subversion des rimes, de l’alexandrin, du vers. Le texte progresse par associations de sonorités plus que par enchaînements d’idées. Le mot et son dynamisme deviennent alors le moteur du texte. Le vers, devenu trop artificiel, dépassé, est finalement abandonné au profit de la prose dans les deux derniers recueils, « Une saison en enfer » et « Illuminations ».

Le sens est également en révolution. Rimbaud fait disparaître la suprématie de celui-ci au profit d’une poésie de tous les sens. « J’inventai la couleur des voyelles ! – A noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert. – Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe accessible, un jour ou l’autre, à tous les sens. […] J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Puis j’expliquais mes sophismes magiques avec l’hallucination des mots. »

Rimbaud s’insurge contre toute forme d’ordre religieux, moral – « La morale est la faiblesse de la cervelle » –, politique et poétique. Il ne cesse de se remettre en question, de renier ce qu’il a écrit, de chercher « une nouvelle langue ». Avec Paul Verlaine et d’autres poètes, il écrit des pastiches de ses propres poèmes et des parodies de poètes modernes, repris dans le recueil « Conneries et autres Joyeusetés », les invoquant à se renouveler.

Faut-il chercher à comprendre Rimbaud ? Y a-t-il quelque chose à « comprendre » ? Certainement pas selon la raison, car sa poésie touche à notre imagination et notre âme.

Télécharger tous les enregistrements.

TitresAuteursInterprètesDirecteurIngénieur du sonTéléchargement
OphélieArthur RimbaudLaurie WillièmeJulie VerleyeMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
Le Cœur voléArthur RimbaudJulie VerleyeMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
Rages de CésarsArthur RimbaudJulie VerleyeMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
Comédie en trois baisersArthur RimbaudAntoine GietMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
Les Chercheuses de pouxArthur RimbaudLaura DussardMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
Les Sœurs de charitéArthur RimbaudValéry StasserMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
RomanArthur RimbaudAntoine Motte dit FalisseJulie VerleyeMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud
L’Idole – Sonnet du Trou du CulPaul Verlaine et Arthur RimbaudValéry StasserJulie VerleyeMatthieu Van Dyck
Logo de YouTubeLogo de Internet ArchiveLogo de Wikimedia CommonsLogo de SoundCloud